Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
egfrild

poésie, partout où elle se trouve...

Articles avec #poeme catégorie

Une porte dans la nuit

Publié le 16 Septembre 2017 par egfrild dans poème

 

une porte dans la nuit

s'agenouille devant un chemin

qui arrange à la va vite ses pierres

infiniment troublé

 

il revient d'une longue marche

au bout de laquelle il a vu

comment il s'éteindrait

 

une étoile à son retour

et pour qu'il oublie sa peine

lui a gonflé un ballon jaune

qu'il traîne comme un enfant

tenant un fil introuvable

commentaires

Les arbres s'interrogent

Publié le 8 Septembre 2017 par egfrild dans poème

 

la tête levée au ciel

par la même idée de voyager

des gens les uns derrière les autres

crachent de la vapeur

 

les fenêtres de la ville

meurent d'une lente maladie

provenant de rideaux tirés d'un coup sec

ou de draps secoués sans regrets

 

les rues se croisent sans se saluer

 

il n'est pas rare qu'un inconnu

froidement frappe aux portes

pour demander à ses victimes

un peu de retenue

 

dans les squares mains en l'air

chaque matin les statues se rendent

et des oiseaux très aiguisés

le soir fendent le ciel

 

plus nombreux que les feuilles

les arbres s'interrogent

 

curieux de savoir

si quelqu'un écrit sur lui

quand il tourne le dos

le vent soulève tous les papiers

commentaires

Que vais-je faire?

Publié le 6 Février 2017 par egfrild dans poème

j'ai besoin en ce moment

d'une brèche où un visage viendrait sur les talons

me susurrer que ce n'est pas moi qui écris

mais quelqu'un n'existant que chez les autres

 

j'ai besoin d'offrir l'âpre et brûlante mixture

d'une sphère trouée de deux yeux

car sinon

que vais-je faire des mots jamais prononcés pendus en boucle à mes oreilles

que vais-je faire des tables sans gêne appuyées sur mes coudes

des lampes arquées repoussant la nuit

des formes qui avancent

que vais-je faire des portes s'ouvrant les veines avec leur clé

des poux insaisissables et du pain ?

 

j'ai besoin du bruit de pas marchant vers un vrai poème

de clouer des corbeaux sur chacun de mes baisers

car sinon

de mon père mourant chaque jour à la même heure

 

que vais-je faire ?

commentaires

Contours des brumes

Publié le 30 Octobre 2016 par egfrild dans poème

nous ne connaissons

de ce temps là

que les chiens géométriques

et la futile propagation de leur ennui

 

quelqu'un se souvient-il

de la pluie prenant les fleurs

à la gorge

 

nous ne connaissons

de ce temps là

que la nuit cueillant les chairs

attentive à cacher sous les étoiles

les lampes éteintes

 

le récit de nuages

taillés à même le sol

laisse entrevoir

un ciel rudimentaire

 

il neigeait pourtant des pays entiers

que nul n'a vu dans les flocons

 

nous ne connaissons

de ce temps là

que le tourment des fougères

témoins pour un peu de lumière

des arbres fuyant à cloche-pied

 

mais sait-on qui fut le dormeur

au torse traversé par d'incroyables rivières

 

des poissons sous la lune

poussaient au loin le bouchon

qui était son coeur

commentaires

Le jour inconnu

Publié le 25 Septembre 2016 par egfrild dans poème

ajoutez à l'aube

des simulacres d'ombre

une quelconque matité

le jour se présentera

une étoile morte

tête pendante

entre les dents

le jour se présentera devant les arbres épouvantés

cherchant éperdument les bras du ciel

puisqu'ils ne connaissent que lui

 

d'indésirables hoquets

rendront les pierres idiotes

les nuages s'interrogeront

sur leur véritable poids

 

ajoutez à l'aube

une quelconque matité

sans relâche la pluie penchée

tapissera les chemins tristes

avec ses petits clous

 

nous aurons beau retrouver nos clefs

dans les plis du sommeil

les portes seront en poudre

les maisons ne pousseront pas

dans les poussières rousses du matin

 

le mal sera fait

commentaires

Les temps creux

Publié le 14 Août 2016 par egfrild dans poème

À celui qui toujours
porte son ombre
cachée de la lumière
dans une petite boite en fer
fut donnée une cage

à celle dont personne
n'avait entendu parler
fut accorder un nom
entre poussière et vent
un nom si difficile à retenir
que tous l'oublièrent
menton ployé
sur des paumes vides
chacun avait oublié aussi
l'existence des livres
mains en l'air dans les parcs
les statues s'étaient rendues
pareil abandon
conduisit à la nuit
et la lune
ne fit qu'en rire
commentaires

Convergence des papillons

Publié le 18 Juin 2016 par egfrild dans poème

la nuit à laquelle

aboutit ce silence

est sans mesure

 

s'y dévoile

des formes terrestres

illimitées

 

quelqu'un se penche sur le vide

où fleurit la parole

où des oreilles accolées

lentement battant l'air

la lui rapportent

commentaires

Saturations

Publié le 11 Juin 2016 par egfrild dans poème

tous bleus
sept crimes ont eu lieu
 
vêtues de noir
autant de veuves
cachent dans leur dos
le tranchant d'une lune
 
des enfants à la peau verte
bientôt fauchés
jouent à toucher le ciel
sans que le vent ne les voit
 
en y songeant
au milieu d'un pré
la pluie s'agenouille
commentaires