Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
egfrild

poésie, partout où elle se trouve...

Jean Rousselot

Publié le 21 Août 2016 par egfrild dans Poète

Les moyens d'existence

Il faudrait être encore plus simple,
Si simple que l'on puisse entrer
Dans la simplicité du vent,
Du soleil poussiéreux
Du linge qui pantelle sur la corde sans se plaindre.
Il n'y a pas de désespoir dans le monde,
Ni d'espoir.
Il n'y a que la simplicité du vent,
Du soleil,
Du linge,
De la corde;
Il n'y a que la simplicité de l'eau,
Ses vergetures d'accouchée;
Il n'y a que l'eau,
Le caillou,
La simple nécessité de brûler et de mourir.
Il faudrait pouvoir entrer sans frémir
Dans les choses.
Pourquoi cette révulsion de notre cœur?
Pourquoi cet éternel énervement de nos nervures?
La pensée ne construit rien. Le sentiment nous épuise.
Nous serrons les dents et saignons
Sans accoucher.
Nous pianotons sur les choses
Comme une pluie dont chaque goutte
Aurait peur de se faire du mal.
Nous sommes les petits électrisés du monde.
Nous n'entrons pas.

commentaires

Serge Wellens

Publié le 20 Août 2016 par egfrild dans Poète

Serge Wellens

L'arbre au fond de la rivière

La forme d'un poisson se pose
sur la branche la plus lointaine
et tremblante d'un reflet

Passe l'ombre d'un homme
un instant retenue
par de vagues remous
d'écorces
de racines
(C'est ainsi
les hommes sont mortels
Ils meurent
on dit qu'ils passent )

Et puis s'en vient l'apparence d'un chien
désœuvré cherchant dans son propre rêve
un coin de nuit pour dormir

Alors l'oiseau
très haut dans le ciel
désert jusqu'à l'absence
étant seul à voir cela
se prend à douter de ses ailes
et tombe .
commentaires

Ed Valentine

Publié le 19 Août 2016 par egfrild dans Peintre

Tendres et tragiques portraits d'Ed Valentine.

Des coulures, des ratures, des choses très précises, des choses effacées, de la couleur, du sombre, comme dans la vie...

 Ed Valentine, un peintre des blessures.

commentaires

Jonas Burgert

Publié le 14 Août 2016 par egfrild dans Peintre

Qu'entend des couleurs le chaman-peintre de ce tableau?

Il semble les écouter, écouter ce qu'elles ont de si important à lui dire.

Ne lui confient-elles pas simplement qu'il n'existe qu'à travers elles, que par leur âme, sous les pinceaux envoûtants de Jonas Burgert, sorcier des couleurs lui-même?

commentaires

Les temps creux

Publié le 14 Août 2016 par egfrild dans poème

À celui qui toujours
porte son ombre
cachée de la lumière
dans une petite boite en fer
fut donnée une cage

à celle dont personne
n'avait entendu parler
fut accorder un nom
entre poussière et vent
un nom si difficile à retenir
que tous l'oublièrent
menton ployé
sur des paumes vides
chacun avait oublié aussi
l'existence des livres
mains en l'air dans les parcs
les statues s'étaient rendues
pareil abandon
conduisit à la nuit
et la lune
ne fit qu'en rire
commentaires

Remedios Varo

Publié le 15 Juillet 2016 par egfrild dans Peintre

 

L'alliance harmonieuse de multiples influences crée la singularité des tableaux de Remedios Varo.

On touche du doigt en les observant son univers mystique, onirique, son monde fait d'associations étranges, de connexions hors du temps, d'inductions et toujours imprégné par une fantastique lumière poétique.

commentaires

Jorge Camacho

Publié le 10 Juillet 2016 par egfrild dans Peintre

Des bribes de tout qui se mêlent sous le pinceau de Jorge Camacho et créent des êtres/choses, des âmes/objets racontant ensemble ou séparément leur histoire complexe et mouvementée.

commentaires

Gilbert Baqué

Publié le 1 Juillet 2016 par egfrild dans Poète

 

L'après-vivre

Dans le discours frêle d’une fontaine, un été,

j’ai reconnu ton nom, absente,

J’ai écouté le monde,

tenu tête à la nuit,

à la désaffection des choses.

J’ai su que rien, plus rien ne me protège,

ni la chaleur du sang, ni l’or des promenades,

ni la beauté du ciel harcelant nos fenêtres,

quand nous sommes ensemble.

À deux pas de mon ombre, parfois,

un fol orage de clématites tombe en extase.

On me rappelle d’un sourire

l’enchantement des corps,

toute une vie blottie au creux blond d’une épaule.

N’importe,

je cours après les mots,

je n’ai plus la parole.

commentaires

Roland Giguère

Publié le 30 Juin 2016 par egfrild dans Poète

Paysage dépaysé

La tempête faisait rage
et la neige nous entrait dans la poitrine
pleine poitrine
couronnée de lancinantes banquises
couronnes d'épines
enfoncées dans le front des mots d'amour

large tempête à nos yeux dans un monde dépaysé
chaque nuit nous arrachait un cri
et nous grandissions dans l'agonie
lentement nous vieillissions
et le paysage vieillissait avec nous - contre nous

le paysage n'était plus le même
le paysage était sombre
le paysage ne nous allait plus comme un gant
n'avait plus les couleurs de notre jeunesse
le paysage le beau paysage n'était plus beau
il n'y avait plus de ruisseaux
plus de fougères plus d'eau
il n'y avait plus rien

le paysage était à refaire.

commentaires

Mahmoud Al-Kurd

Publié le 29 Juin 2016 par egfrild dans Photographe

Mahmoud Al-Kurd

Regard émouvant et poétique de Mahmoud Al-Kurd, au coeur d'une tragédie.

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>