Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
egfrild

poésie, partout où elle se trouve...

Contours des brumes

Publié le 30 Octobre 2016 par egfrild dans poème

nous ne connaissons

de ce temps là

que les chiens géométriques

et la futile propagation de leur ennui

 

quelqu'un se souvient-il

de la pluie prenant les fleurs

à la gorge

 

nous ne connaissons

de ce temps là

que la nuit cueillant les chairs

attentive à cacher sous les étoiles

les lampes éteintes

 

le récit de nuages

taillés à même le sol

laisse entrevoir

un ciel rudimentaire

 

il neigeait pourtant des pays entiers

que nul n'a vu dans les flocons

 

nous ne connaissons

de ce temps là

que le tourment des fougères

témoins pour un peu de lumière

des arbres fuyant à cloche-pied

 

mais sait-on qui fut le dormeur

au torse traversé par d'incroyables rivières

 

des poissons sous la lune

poussaient au loin le bouchon

qui était son coeur

commentaires

Claude Verlinde

Publié le 29 Octobre 2016 par egfrild dans Peintre

Peintre visionnaire, Claude Verlinde réhabilite les techniques anciennes qu'utilisaient Bosch et consors . Cela pour nous dire, entre autre, à travers un univers très personnel, l'absurdité du monde, l'impitoyable écoulement du temps qui nous tient à la gorge dès la première seconde de nos existences.

Une œuvre remarquable à découvrir.

commentaires

Max Beckmann

Publié le 22 Octobre 2016 par egfrild dans Peintre

Max Beckmann

Presque au centre, deux chaussures jaunes comme deux flammes au-dessus d'une bougie chétive. En haut à droite, une plante presque morte prenant l'apparence d'une épaisse et ample araignée noire.

Puis il y a cette jeune femme au corset rouge se regardant dans un miroir lui renvoyant deux yeux sombres et graves qui ne sont peut-être pas ceux qu'elle imaginait. Et cet enfant sous la table qui dort dans une posture plus qu'improbable. J'aime beaucoup ce tableau de Max Beckmann.

Bien que la vie y soit grouillante, elle y est morne et pleine de contradictions.

Malgré la trompette, le piano et les livres, l'accablement, la torpeur, la solitude, emplissent la toile.

commentaires

André Kertész

Publié le 16 Octobre 2016 par egfrild dans Photographe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'apparente simplicité des photos d'André Kertész, la poésie à toujours sa place. Elle ne complique pas les choses mais les adoucit.

commentaires

Roberto Juarroz

Publié le 14 Octobre 2016 par egfrild dans Poète

Roberto Juarroz

 

Il dessinait partout des fenêtres.
Sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l'air et jusque sur les plafonds.
Il dessinait des fenêtres comme s'il dessinait des oiseaux.
Sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.


Il dessinait des fenêtres jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.
Il voulait seulement voir : voir.
Il dessinait des fenêtres.

Partout.

 

(Douzième poésie verticale)

commentaires

Jeremy Mann

Publié le 9 Octobre 2016 par egfrild dans Peintre

Dans les paysages urbains et souvent sombres de Jeremy Mann, la vie suggérée (plus que montrée) l'est au moyen d'un travail subtil et personnel sur les lumières artificielles.

L'activité les génère. L'espérance tient aussi dans les enseignes, les ampoules et les néons.

commentaires

Beth Moon

Publié le 8 Octobre 2016 par egfrild dans Photographe

 

On les dirait sortis d'un conte, d'une légende, où peuplant une autre planète.

Beth Moon ne photographie pourtant que les arbres de notre Terre.

commentaires

Eric Lacombe

Publié le 1 Octobre 2016 par egfrild dans Peintre

 

Sans les dissocier, Eric Lacombe peint le corps et l'esprit. Ils paraissent se fondre, inter-agir. L'âme qui s'interroge, endure, éprouve et souffre, malmène la chair, la boursoufle, l'épuise. Il est aussi question de temps, de ce qu'il donne et reprend. Les visages, leurs traits, se résignent aux tourments de la conscience. Ce sont des portraits en profondeur et en abîme. En y regardant de près, à un moment ou à un autre, ils sont ceux, ou seront ceux,de chacun.

Un peintre au travail remarquable.

commentaires